17.01.2017

Quelle réponse face à l’épuisement professionnel et au burn out des soignants ?

Burn out des soignants

© Crédits : Thinkstock

Le burn out et la souffrance des soignants relèvent de l’urgence et de l’assistance à personne en péril. Zoom sur les actions de l’association « Soins aux professionnels de santé ».

86 % des médecins, plus de 60 % des infirmiers et masseurs-kinésithérapeutes libéraux s’estiment menacés d’épuisement professionnel. Quant à leurs consœurs et confrères salariés, ils ne sont hélas pas en reste. 

Les causes du mal sont multiples : charge de travail, contraintes administratives, manque de reconnaissance, isolement, situations professionnelles douloureuses …

En réaction, outre l’Ordre des médecins, de nombreuses associations se mobilisent.

Le plan d’actions de l’association Soins aux professionnels de santé

Parmi d’autres, intéressons-nous à la tenue du colloque organisé fin novembre 2016 à l’hôpital du Val de Grâce par l’association Soins aux professionnels de santé (SPS). Les intervenants ont pu y confronter leurs expériences et leurs actions dans le domaine de la protection des professionnels de santé menacés ou touchés par l’épuisement.

Le plan d’action décrit par l’association s’articule autour de deux axes :

  • une plateforme téléphonique nationale ;
  • des unités de prise en charge dédiées.

Une plateforme téléphonique pour les soins aux professionnels de santé

Opérationnelle depuis le 28 novembre 2016, cette plateforme offre un accueil de premier niveau d’écoute ayant pour but une prise en charge immédiate puis une orientation adaptée si nécessaire. Indépendante et gratuite, elle s’inscrit bien évidemment dans le respect absolu du secret professionnel.

Elle est appelée à se structurer encore davantage au cours de l’année 2017.

Les unités de prise en charge dédiées

Un cahier des charges fixe, pour chaque région, un socle minimal commun d’intervention avec fonctionnement en réseau, partage d’expériences, mutualisation des compétences et maillage territorial qualitatif. À propos de ce maillage, il est fait état d’une unité par région avec une capacité d’accueil de 20 à 30 lits. Le traitement du burn out et des autres formes de dépression donneront lieu à des programmes de soins individualisés adaptés aux contraintes professionnelles du soignant pris en charge, sous la houlette d’un médecin coordonnateur.

Pour l’association SPS et les autres, c’est maintenant le début d’un long combat qu’il faudra mener pied à pied. Le perdre constituerait une catastrophe – le mot n’est pas trop fort – pour l’ensemble de la société. Mais à elle également de s’interroger sur son rôle possible dans la souffrance des soignants.

Pour aller plus loin :
www.asso-sps.fr
Numéro vert : 0 805 23 23 36

 

Vos réactions 0